PROJETS À VENIR

Nous passons une grande partie de nos journées à cogiter sur différents projets. Ces projets concernent l'avenir de Hopaal et nous estimons que vous avez votre mot à dire. C'est pourquoi nous avons décidé de vous les présenter ici.
Pour chaque projet en cours vous trouverez :
-un article vous présentant ces projets dans leurs grandes lignes.
-un questionnaire en fin d'article vous permettant de partager avec nous vos retours, idées ou suggestions.

LE LIN, UNE CULTURE DE PROXIMITÉ

Le recyclage a sa raison d’être : réparer le passer. Cependant, ses fondements sont fragiles : il est alimenté par les déchets que nous devons cesser de produire en réduisant notre consommation. Pour la suite, il est important d’entretenir les filières de tradition qui sont exactement ce vers quoi nous devons tendre à l’avenir : avoir une consommation proche du lieu de production. La France est le premier producteur de lin au monde, le lin pousse dans le nord de la France. Avec une matière première aussi proche géographiquement, nous pensons qu’il est intéressant de creuser le sujet pour bien préparer le futur.

REPACK, L'EMBALLAGE RÉUTILISABLE.

Chaque emballage pollue. Depuis le début de Hopaal nous faisons tout pour avoir le plus bel impact sur la planète, c’est pourquoi nous utilisons des cartons recyclés et fabriqués en France pour nos emballages. Malgré ça, il n’empêche que plus nous envoyons de colis, plus nous consommons de cartons et plus nos clients en jettent. RePack nous semble donc être une alternative souhaitable pour réduire notre impact.

Un emballage qu'on ne jette pas

80% de CO2 en moins

LA SACOCHE UPCYCLÉE

Avant de valider chaque production, nous développons des prototypes dans notre atelier de conception. Quand nous découpons les formes de nos vêtements dans le tissu, nous générons des chutes. Afin de ne pas les jeter, nous souhaitons les revaloriser.

MICROPLASTIQUES, MACRO PROBLÈME.

Les déchets qui finissent dans nos océans se désagrègent petit à petit sous l’action du sel, du soleil, de l’eau et deviennent des microplastiques. Rapidement, un gobelet se transforme en une multitude de petits bouts de plastique qui vont être difficiles à collecter et potentiellement ingérés par les poissons. Ce n’est pas acceptable.