5 Avis
GUPPYFRIEND - Sac de lavage
GUPPYFRIEND - Sac de lavageGUPPYFRIEND - Sac de lavageGUPPYFRIEND - Sac de lavage
5 Avis

Sac de lavage pour protéger vos vêtements et la planète. Ce sac limite les frottements pouvant provoquer le boulochage et limite la fuite de microfibres dans la nature. 

  • Réduit les frottements et réduit la fuite de microfibres
  • Allonge la durabilité de vos vêtements 
  • Un seul compartiment : 50x70 cm 
  • Poids : 65g 
  • 100% polyamide - entièrement recyclable

Microfibres : certains vêtements perdent plus de fibres que d’autres. La quantité de fibres que vous retirez du Guppyfriend varie donc d'un vêtement à l'autre.

Entretien :Le sac Guppyfriend ne nécessite pas d’être lavé et ne doit pas être mis au sèche-linge.

30€

Livraison et retours

L’entretien compte pour beaucoup dans l’impact de nos vêtements sur l’environnement. Si nous pouvons facilement comptabiliser l’eau consommée et l’énergie déployée pour faire tourner une machine, une troisième pollution est bien plus difficile à mesurer : la pollution due aux microfibres synthétiques. Pour s’en préserver, un sac de lavage a été développé : le Guppyfriend. 


Toutes les réponses à vos questions sont ci-dessous.
N’hésitez pas à nous écrire si des questions persistent, nous y répondrons. 

En quoi consistent les microfibres et comment limiter leur fuite ?  

De nombreuses études sont menées sur les microfibres. Nous tenons à l’océan et prenons ce sujet très au sérieux. Nous collaborons avec des ONG, des scientifiques et des ingénieurs pour améliorer nos techniques de développement et limiter au maximum la fuite de microfibres. 


Basées sur des rapports scientifiques, des recommandations ont été formulées par la Plastic Soup Fondation, ONG pionnière sur le sujet des microfibres. Nous suivons ces préconisations et avons adapté nos modèles de fabrication pour respecter les consignes les plus strictes, sans aucune obligations légales. 


Pour commencer, il est nécessaire de remonter à l’origine des fibres, qui sont la base de tous les vêtements. 


Pour rappel, voilà comment remonter la chaîne de fabrication d’un vêtement : 


3- Les vêtements sont découpés dans un tissu.
2- Les tissus sont réalisés à partir de fils.
1- Les fils sont constitués de fibres torsadées et assemblées entre elles.
0- Les fibres proviennent de différentes sources :
—> naturelles végétales : coton, lin etc.
—> naturelles animales : laine, alpaga, soie etc.
—> artificielles naturelles : tencel, modal etc.
—> et les fibres synthétiques majoritairement obtenues par l'extrusion de granulés eux-mêmes obtenus à partir d'hydrocarbures vierges ou de matières recyclées : polyester, polyamide etc. 


Tout vêtement est ainsi constitué de fibres et lors du lavage, certaines de ces fibres se désolidarisent et finissent dans nos océans en passant par nos canalisations. Il est important de souligner ce qui se passe à chaque étape pour comprendre comment anticiper et réduire la fuite de microfibres. 


0- Les fibres.

Lorsque les fibres sont naturelles et - sur le papier - biodégradables : l’impact semble très limité. Encore faudrait-il tenir compte des teintures et des apprêts utilisés ; mais il semble que cette famille de fibres reste peu nocive pour l’environnement ; en tout cas ‘moins nocives’ que les fibres synthétiques. Les fibres synthétiques soulèvent des questions car - étant dérivées du pétrole - elles mettent entre 40 et 200 ans à disparaître. 


Il est donc préférable d’utiliser les fibres synthétiques que lorsque nécessaire, c’est à dire pour des vêtements que nous ne pouvons pas réaliser en fibres naturelles. 


Suivant son origine, chaque fibre a une longueur qui lui est propre et qui est déterminante pour la suite de la fabrication. Les fibres naturelles ont - par nature - une longueur limitée. Seule la soie est très particulière et très longue, mais nous n’avons jamais trouvé de lama avec des poils de 100 mètres de long. À l’inverse, les fibres synthétiques peuvent avoir une longueur en théorie infinie puisque la longueur est maîtrisée par l’homme. 


On parle de ‘staple fibers’ (fibres courtes) pour les fibres ayant une longueur limitée et de ‘filament fibers’ (fibre filament) pour les fibres ayant une longueur quasi illimitée. Les fibres ‘filament’ - majoritairement d’origine synthétique - sont moins enclines à se désolidariser, comme le schéma l’indique juste en dessous. 


1- Le filage. 

Lorsque les fibres sont assemblées en un fil, différentes méthodes de filage existent. De manière générale, les fibres sont torsadées entre elles et sous la torsion : cela créé un fil. Suivant qu’il s’agisse de fibres courtes ou de fibres filaments : la structure du fil sera très différente. 


Voici un schéma permettant de comprendre la différence de fils que nous pouvons obtenir suivant la longueur des fibres. Cela se passe à une échelle quasi microscopique, vous ne pourrez voir cet aspect là sur votre t-shirt en coton.

Se pencher sur la structure du fil permet de comprendre ce qui favorise la fuite de microfibres. Il apparaît que les fils réalisés à partir de fibres longues - appelées filaments - aient une meilleure tenue et comportent moins de risque de voir leurs fibres se désolidariser. 


C’est pourquoi, lorsque nous devons utiliser des fibres synthétiques, il est préférable d’utiliser des fibres filaments afin que les fibres soient maintenues et ne se désolidarisent pas du fil. 


Remarque : les fils sont soit réalisés à partir d’une seule et même matière - on parle de monomatière - ou de plusieurs matières, on parle alors de mix ou de mélange. Il est recommandé de favoriser, lorsque possible, la monomatière. Cela limite les risques de fuite, surtout lorsqu’il s’agit d’une fibre filament.


Les combinaisons possibles de mélange :
—> fibres courtes + fibres courtes (de différente composition) : le risque est élevé.
—> fibres filament + fibres courtes : moins de risque mais pas idéal, les fibres courtes risquent de s’échapper.
—> fibres filament + fibres filament (de différente composition) : peu de risque mais les fibres peuvent réagir différemment, mieux vaut éviter si ce n’est pas nécessaire.

L’idéal est de favoriser la monomatière ; cela facilite aussi - au passage - son recyclage. 


Concernant les fibres filament, seule l’abrasion ou un accroc pourrait briser la fibre et les désolidariser. C’est pourquoi à l’étape 2 du tissu, nous favorisons un tissage dense qui préserve de la rupture de la fibre. 

2 - Le tissage ou le tricotage.

Nous avons vu que les formats des fibres et la structure du fil sont primordiaux. Ensuite vient la transformation en tissu et là aussi ; tout est possible. 


Nous pouvons avoir un cas extrême en termes de fuite de microfibres : la polaire. C’est d’ailleurs souvent l’exemple cité pour illustrer les milliers de microfibres qui s’échappent dans nos machines. Ce n’est pas un hasard, il suffit de regarder la polaire pour comprendre que des fibres s’échappe : ça se voit à l’oeil nu et en tirant un peu sur n’importe quel polaire il est facile d’avoir une petite boule de poil au bout des doigts. 


La polaire est un vêtement qui sert à tenir chaud. Pour cela, le tissu est intensément gratté à l’aide de peignes métalliques qui viennent casser les fibres de polyester et donner un effet duveteux et ébouriffé à la polaire. C’est voulu car en étant ébouriffées et frisées, les fibres emprisonnent des minuscules capsules d’air et l’air et le meilleur isolant. 


Note : aucune fibre ne tient chaud par nature. C’est leur structure et leur forme qui - en emprisonnant de l’air - font qu’elles tiennent chaud. La laine tient chaud parce que sa fibre a une structure frisée. Une polaire tient chaud car la surface de son tissu est rendu duveteux. 


Le problème, en cassant ces fibres, c’est qu’elles ne sont plus du tout solidaires les unes des autres. Donc lorsqu’on porte une polaire ou qu’on la passe en machine, c’est la catastrophe. 


À l’inverse, pour nos maillots de bain, au-delà du fait d’avoir un fil ayant une structure reposant sur des fibres filament, nous réalisons un tissage dense qui maintient les fils et donc les fibres. Celles-ci ont donc très peu de chance de s’échapper, sauf s’il y a un accroc qui pourrait tout simplement déchirer le tissu et casser les fibres. 


Ainsi, au-delà des fibres filament, il vaut mieux privilégier les tissages denses et bien tenus.

3- fabrication et usage. 


Lors de la fabrication toutes les précautions sont prises pour ne pas abîmer le tissu, c’est logique. Un prélavage est même réalisé pour éliminer les impuretés ; les machines industrielles étant équipées de filtres à microfibres. 


Concernant l’usage, il faut que vous profitiez de votre maillot. Nous vous recommandons de faire attention aux accrocs mais un accroc est toujours accidentel. 


Côté lavage : rincez-le brièvement à l’eau douce après chaque baignade et passez le en machine uniquement lorsque nécessaire. La Plastic Soup Fondation - ONG qui fait des microfibres sa lutte n°1 - avec laquelle nous sommes en contact recommande :
« En changeant leurs habitudes d’entretien, les consommateurs peuvent diminuer le nombre de microfibres envoyées dans les tuyaux de leurs machines. Nos recherches ont montré qu’en lavant à basse température, qu’en utilisant une lessive liquide plutôt qu’en poudre et qu’en utilisant un adoucissant tout en lavant avec une machine relativement bien remplie, la fuite de microfibres durant le lavage en machine se voit diminuer ».


Pour résumer : voilà donc comment vous pouvez aider :
—> Utiliser des vêtements synthétiques que lorsque nécessaire en favorisant les monomatières.
—> Éviter les vêtements à risque très élevé tels que les polaires.
—> Lors du lavage, suivez les conseils de Plastic Soup Fondation (ci-dessus).
—> Utilisez un sac de lavage Guppyfriend, si possible.
 —> Utilisez une Cora ball, si possible.
—> Équipez votre machine d’un filtre à microfibres, si possible.

En cumulant nos efforts de développement et un usage précautionneux, nous pouvons limiter grandement la fuite de microfibres.


Comptez sur nous pour continuer à explorer le champ des possibles pour préserver l’océan.

À quoi sert le sac Guppyfriend ?  

Le Guppyfriend sert, à l’étape du lavage du vêtement, à protéger les vêtements et à réduire la quantité de microfibres qui s’échappent dans la nature.
- Le sac protège d’une abrasion trop forte entre les vêtements et la machine. 

- Le sac empèche les microfibres de sortir du sac. 

- Le sac lui-même ne perd pas de microfibres car est fabriqué à partir de filaments. 

- Le sac nous rappelle que les fibres synthétiques sont un danger potentiel pour notre environnement et que nous avons un rôle à jouer via nos achats et nos habitudes d’entretien. 


Après chaque lavage ou après plusieurs lavages, retirez les microfibres et jetez-les à la poubelle. 

Est-ce que le Guppyfriend perd aussi des microfibres ?  

Non.
Le tissu est réalisé à partir de monofilaments et ne libère pas de fibres, sauf si les filaments se voyaient être sectionnés. Le ruban du sac peut - suivant les machines - relâcher un nombre très limité de fibres. La surface totale du ruban est de 0,05 m2, soit environ 100 fois plus petite que les textiles qui se trouvent à l'intérieur. En effet, un sac de lavage rempli de trois polaires a une surface potentielle approximative de 1,9m2 en comptant l'intérieur et l'extérieur des vêtements. En comparaison, c’est donc très faible et les ingénieurs à l’origine du sac cherchent des alternatives pour améliorer ce ruban. À date le compromis est accepté car le ruban prolonge la durée de vie globale du sac. Des tests sont menés en continu pour mettre à rude épreuve les performances du sac et sa durabilité. 

Comment le sac a été testé, par qui, et quels sont les résultats ? 

Les tests :

Le sac a été testé sur une période de 3 ans par des instituts scientifiques, des universités, des magasins et par des représentants de l’outdoor et de la mode. Ces tests ont servi à améliorer le sac et permet aux acteurs le souhaitant de proposer le Guppyfriend à leur communauté. Le sac est le symbole d’une solution temporaire à la pollution causée par les microfibres. 


Voici les 3 grands instituts scientifiques indépendants ayant mené les recherches : 

• German Textile Research Institute, DTNW. 

• Fraunhofer Institut UMSICHT. 

• University of California in Santa Barbara. 


Les résultats : 


Le Guppyfriend réduit la fuite de microfibres durant le lavage de 2 manières : 


1 - moins de frottements : le sac réduit considérablement la quantité de fibres qui se cassent. L’institut Fraunhofer UMSICHT a ainsi confirmé que pour 79% des vêtements partiellement synthétiques et que pour 86% des textiles entièrement synthétiques : la durée de vie du vêtement est prolongée. Cela est tiré du constat que - étant donné qu’il y a en moyenne 86% de fibres en moins qui se détachent des vêtements synthétiques - cela protège la structure des vêtements et les rend plus durables. 


2 - les microfibres sont bloquées : les fibres qui se désolidarisent tout de même à cause des frottements sont retenues par le sac de lavage. La capacité de rétention des microfibres - testée et déterminée dans tous les tests - était toujours supérieure à 90 % et la plupart du temps proche de 100 %. En revanche, les nanoparticules comme les résidus de production - que l'on trouve souvent sur les textiles bon marché - ne peuvent pas être retenus par le Guppyfriend car trop fines. 


Au-delà des résultats :


- Le Guppyfriend ne contient aucun additif toxique ou substance nocive. 

- Même après 50 cycles de lavage, le sac et toutes les coutures sont intacts - selon les tests de la norme ISO 6330 - et aucune fibre ne provenait du sac lui-même. 

- S’il y a des tâches locales difficile à faire partir, enlevez-les du mieux possible en amont du lavage même si le sac n’altère en aucun cas la qualité du lavage de votre machine. 

- La quantité de fibres que l'on trouve dans le sac dépend des conditions de lavage et du vêtement lui-même. 

 

En résumé :


Le Guppyfriend réduit considérablement la casse des fibres et les fibres qui se désolidarisent du vêtement sont retenues de manière fiable par le sac. Les vêtements sont tout aussi propres que ceux lavés sans sac et - s'il est correctement utilisé - le Guppyfriend empêche les microfibres de polluer nos rivières et nos océans. 

Est-ce que le sac gêne les autres vêtements dans la machine ? 

Non, pas du tout. Vous pouvez continuer à faire votre lessive comme si de rien n’était. En revanche, le sac n’empêche pas les vêtements de déteindre ; donc si vous avez l’habitude de séparer les couleurs : continuez ainsi.

Comment se servir du Guppyfriend ?  

Conseils d’utilisation : 


- Remplissez le sac aux 2/3 environ. Il faut que les vêtements puissent bouger dedans. 

- Mettez le sac en machine, avec d’autres vêtements si vous le souhaitez. 

- Lavez idéalement vos vêtements à 30° ou à 40° max. 

- Enlevez au préalable toutes les grosses saletés de vos vêtements. 

- Ne rincez pas le sac à l’eau courante et ne le retournez pas, au risque de libérer des microfibres. 

- Évitez les objets tranchants. 

- Ne repassez pas le sac ; s’il est froissé ça ne pose pas de problème. 

- Ne le mettez pas au sèche-linge. 

- Ne le faites pas sécher à la lumière directe du soleil. 

- Glissez la fermeture éclair jusqu’au bout à l’endroit prévu à cet effet, à l’extrémité de la fermeture. 


Instructions : 

1. Mettez les textiles synthétiques dans le sac puis fermez-le. 

2. Lavez vos vêtements comme d'habitude. Suivez les conseils ci-dessus. 

3. Sortez vos textiles mouillés après le lavage ; faites-les sécher à l’air libre. 

4. Retirez les microfibres libérées, souvent amassées dans les coins à l'intérieur du sac et jetez-les à la poubelle.

Est-ce qu’on peut mettre le sac au sèche linge ?  

Non, ce n’est vraiment pas recommandé. Lorsqu'il n'y a pas d'eau dans le sac, le matériau se charge en électricité statique. Les microfibres qui se libèrent des vêtements vont ainsi être attirées par ce champ magnétique et vont se diriger vers la surface du sac avec un angle de 90°, ce qui augmente leur chance de passer au travers le tissu et c’est exactement ce que nous souhaitons éviter. Lorsqu’il y a de l’eau dans le sac et autour de lui, les fibres se détachent sous différents angles et ne percent pas la maille, ce qui nous permet de les bloquer et de les collecter. 

Quels vêtements doivent aller dans le sac Guppyfriend ?  

Vous devez y mettre tous les vêtements réalisés à partir de matière synthétique : polyester, acrylique, polyamide, etc. En priorité, mettez les vêtements qui perdent beaucoup de fibres comme les polaires. 


Vous pouvez également y mettre des vêtements réalisés en coton ou en laine. Les textiles fabriqués à partir de matériaux naturels perdent également des fibres et les traitements subis par les fibres ne sont pas toujours sains pour la planète. En plus, le sac réduit la casse des fibres, ce qui protège vos vêtements et augmente leur durabilité. 


Bien que pensé pour les vêtements synthétiques et pour bloquer les microfibres, le Guppyfriend protège tous les vêtements des frottements et augmente leur durabilité.

Est-ce qu’on doit retirer les microfibres du sac après chaque lavage ?  

Non, pas forcément. En fonction des vêtements que vous lavez, il faudra peut-être plusieurs lavages avant que vous trouviez des microfibres dans les coins de votre sac. Les polaires ont tendance à perdre beaucoup de fibres et les vieux vêtements aussi. En lavant à basse température les microfibres ne devraient pas apparaître tout de suite mais chaque fois que vous en voyez : n’hésitez pas à les enlever. Enfin, assurez-vous qu’il ne reste pas de microfibres sombres dans le sac avant de laver des vêtements de couleurs plus claires.

À quelle fréquence utiliser le Guppyfriend ? 

Utilisez le à chaque fois que vous lavez des vêtements synthétiques. En respectant les conseils et instructions vous pourrez l’utiliser pour de nombreux cycles. Après quelques lavages, le sac de lavage peut ne plus avoir l'air neuf mais il fait toujours parfaitement son travail. 

Je vois très peu de fibres au fond du sac, est-ce normal ?  

Le sac Guppyfriend a été conçu pour réduire la perte de microfibres à la source. La structure de la surface du tissu est optimisée pour obtenir la surface la plus lisse possible ce qui protège votre vêtement, évite le boulochage et réduit la fuite de microfibres jusqu’à 86% (voir la question sur les tests et les résultats). 


Les forces mécaniques et les frottements sont l’une des principales causes de rupture des fibres et elles sont justement réduites par la surface lisse du sac. Les microfibres sont extrêmement minuscules et à peine visibles à l'œil nu et la plupart des fibres synthétiques de vos textiles sont transparentes. Il est donc difficile de les détecter, surtout dans un sac filtrant humide. 


C'est pourquoi il est tout à fait possible de ne pas trouver de microfibres au début. Mais ne vous inquiétez pas, le sac fait effet et les microfibres s'accumulent avec le temps. Vous les trouverez surtout dans les coins ou dans la couture. 


Ne vous attendez pas non plus à en trouver des quantités astronomiques. Ce sont justement ces quelques minuscules microfibres qui se fraient un chemin depuis chaque machine à laver jusqu'aux rivières et aux océans qui, dans leur ensemble, nuisent aux océans et à la vie marine.

Que dois-je faire des fibres collectées ?  

Cela dépend de l'endroit où vous vivez mais dans la plupart des pays européens, il n'y a plus de décharges à ciel ouvert. Vous pouvez donc jeter les microfibres, de préférence dans un contenant fermé, dans la poubelle normale comme un déchet résiduel. La plupart de ces déchets sont brûlés et parfois même utilisés énergétiquement pour produire de l’électricité. Les gaz résiduels issus de cette incinération sont filtrés et non toxiques à 99%, donc vous pouvez les jeter. 


Certains de nos clients ont même décidé de conserver les microfibres dans un bocal pour suivre ce que le sac leur évitent de rejeter dans l’océan.

À quelle température laver mes vêtements pour bien utiliser le sac Guppyfriend ? 

Laver à 30° permet de limiter l’énergie consommée et le sac fonctionne très bien jusqu’à 40°.En général, nous lavons nos vêtements à des températures trop élevées, sans que ça soit plus efficace. Plus vous lavez à chaud, plus vos vêtements ont une durée de vie courte.

Comment laver le sac ?  

Il suffit de retirer régulièrement les microfibres collectées. Le sac est autonettoyant. Ne rincez pas le sac sous l'eau courante sous risque de libérer des microfibres dans la nature. 

Quelle lessive utiliser avec le Guppyfriend ?  

Pour protéger vos vêtements et pour un bon résultat de lavage, nous vous recommandons d'utiliser des détergents liquides, idéalement composés d'ingrédients naturels. Les poudres à laver contiennent souvent des abrasifs, des agents de blanchiment et d'autres solides qui peuvent favoriser l'abrasion des fibres et laisser des dépôts sur le linge. Faites également attention au bon dosage : trop de lessive endommage les vêtements et l'environnement. 


Veillez toujours à ce que votre détergent ne contienne pas de plastique liquide ou de particules abrasives. Comme les détergents liquides sont principalement disponibles dans des emballages plastiques, vous pouvez les mettre en bouteille vous-même dans de nombreux magasins "zéro déchet", ce qui améliore naturellement leur impact sur l’environnement.

Quelle est la taille des microfibres ? 

Au cours du processus de lavage, tous les vêtements perdent des fibres. Les fibres se détachent de la structure du fil en raison des contraintes mécaniques et de l'abrasion. Ces fibres cassées ont généralement une longueur comprise entre 50 μm et 15mm et ne dépassent généralement pas 10 μm d'épaisseur, soit 0,001 mm. Le tissu filtrant du sac est suffisamment fin pour capturer même les plus petites de ces fibres cassées.


ce que vous pensez des guppyfriend

Avis des clients
4,4 Basé sur 5 avis
Écrire un Avis Poser une question
  • Avis
  • Des questions

Merci pour votre commentaire!

Votre critique est sincèrement appréciée. N'hésitez pas à partager à vos amis pour qu'ils puissent eux aussi profiter de ce produit!

Filter Reviews:
TB
01/07/2020
Tatiana b.
France France
rien à redire

tout a été parfait

MQ
20/05/2020
Magali Q.
Greece Greece
Déception

Plutôt déçue : vu la taille du sac, il m’en faudrait deux pour optimiser la charge de ma machine à laver ( 8 kg ), et il n’est quand même pas donné ( 43 € avec les frais de port ) ; et après un premier essai de lavage de synthétiques, je n’ai retrouvé absolument aucune fibre au fond du sac : alors, soit mon linge a déjà été beaucoup lavé et il « n’émet » plus de fibres, soit c’est une arnaque ?

11/06/2020
Hopaal

Hello Magali, merci pour votre retour ! En fonction des vêtements que vous lavez, il faudra peut-être plusieurs lavages avant que vous trouviez des microfibres dans les coins de votre sac. Les polaires par exemple ont tendance à perdre beaucoup de fibres et les vieux vêtements aussi. En lavant à basse température les microfibres ne devraient pas apparaître tout de suite mais chaque fois que vous en voyez : n’hésitez pas à les enlever. Enfin, assurez-vous qu’il ne reste pas de microfibres sombres dans le sac avant de laver des vêtements de couleurs plus claires ! Vous trouverez de nombreuses informations complémentaires en description de ce produit. Belle journée. :) Justine

MC
11/05/2020
marie C.
France France
top merci

parfait - produit et livraison

ILS PARLENT DE HOPAAL



changeons la donne

Depuis 2016, Hopaal dessine et conçoit des vêtements réalisés à partir de matières recyclées. Aucun de nous ne pouvait rester insensible aux enjeux sociaux et environnementaux de notre époque. Alors pourquoi les vêtements ? Car l'industrie du textile est excessivement polluante. C'est donc un véritable problème mais aussi une véritable opportunité de changer les choses. 


 Au quotidien, nous planchons pour concevoir les meilleurs vêtements avec le plus bel impact sur l'Homme et la planète. 

UNE QUESTION À NOUS POSER ?


N’hésitez pas à nous contacter ! 


 Vous préférez : 

Nous écrire : via le tchat du site en bas à droite. 

Nous envoyer un mail : hello@hopaal.com 

Nous appeler : 06 19 74 83 24 

Passer-nous voir : 60 avenue Edouard VII, Biarritz. 


 Nous ferons notre maximum pour vous répondre au plus vite. 

Toutes ces jolies photos ont été réalisées par Thomas Lodin.

NOS vêtements ne détraquent pas la planète