Ce site Web a des limites de navigation : il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Et vous ne faites pas de soldes ?

Vous avez un code promo ? Les questions simples n'impliquent pas toujours de réponse facile.

Puisque cette période de soldes d'hiver prend fin, c'est l'occasion de se demander pourquoi cette année encore, Hopaal n'y a pas participé. Soldes institutionnalisées, ventes systématiques, ventes ponctuelles, réductions vertueuses et justifiées, politique de prix, méthodes de stockage et processus de fabrication : on vous explique tout.

1. Notre idéal : ne produire qu'à la demande afin d'éviter le sur-stockage

Les soldes sont-elles synonymes de bonnes affaires ? Pas sûr. Si à l'origine les soldes permettaient d'écouler les invendus, elles sont devenues pour de nombreuses enseignes l'occasion rêvée de produire plus afin de vendre à 50% du prix ; une excuse à la surproduction. Plus de 80 milliards de vêtements sont fabriqués chaque année dans le monde et, chaque seconde, l'équivalent d'une benne de fringues est jetée (source Oxfam). Les chiffres parlent et chez Hopaal, nous nous efforçons de les écouter. 

La mode à la demande, ce système de vente hybride, est une véritable solution anti-gaspi qui limite aussi la pollution liée à la fabrication et au transport.

Le gaspillage vestimentaire est une conséquence directe de l'hyperconsommation et des tendances éphémères, ces systèmes traditionnels lourds sur lesquels s'alimentent les géants du textile. Ce phénomène mondial de gaspillage est la face visible d'un véritable fléau environnemental. Au Kenya ou encore sur les côtes du Ghana, d'immenses dunes de vêtements et de tissus s'entassent dans des décharges à ciel ouvert. Une abominable réalité à laquelle Hopaal refuse, par tous les moyens, de participer. Comment ? En étant vigilants à ce que nous produisons pour ne pas créer - attention oxymore - de besoins inutiles.

Hopaal anticipe, s'organise et refuse de surproduire pour pousser à la surconsommation de masse.

Afin de freiner la course aux bonnes affaires, nous offrons un stock limité et adapté à la demande. Grâce au système de précommande, nous produisons ce qui est déjà commandé avec en surplus un stock très raisonné. Cela signifie que si 1000 clients achètent un pull Hopaal en précommande, nous en produirons à peine un peu plus de 1000 afin de livrer nos clients, assurer les échanges et satisfaire les retardataires ayant manqué la précommande.

 

Visite chez l'entreprise de tricotage Malterre qui tricote nos sweats et t-shirts.

Visite chez l'entreprise Malterre qui tricote nos sweats et T-shirts ; une étape réalisée à moins de 1000km de notre atelier à Biarritz.

2. Notre mission : appliquer un prix juste toute l'année

Deux questions méritent d'être posées : lorsqu'une grande enseigne participe aux ventes systématiques - ce système de promotions institutionnalisées qui a lieu deux fois par an - les prix sont-ils gonflés à la hausse le reste de l'année pour compenser les réductions des soldes, les ventes privées et autres promotions ? À quel prix payons-nous réellement nos vêtements quand nous les payons au prix plein ?

La production raisonnée à laquelle recourt Hopaal donne lieu à des quantités de vêtements maîtrisées et nous permet de contrôler habilement nos stocks et ne pas casser la perception du prix. Car aux yeux des consommateurs, le prix, c'est bien de cela dont il s'agit. L'étiquette de prix attachée à une chemise ou à un pantalon Hopaal est aujourd'hui le seul moyen d'informer le client de la véritable valeur du vêtement.    

Chez Hopaal, nous tentons chaque jour de répondre à cette question : quel est le vrai prix de nos habitudes ?

Pour établir un prix juste, nous décortiquons le processus de fabrication de nos vêtements - de la confection jusqu'au transport - et évaluons non seulement le coût de fabrication locale, le savoir-faire déployé mais également le prix des matières. Il faut notamment prendre en considération que les matériaux de récupération utilisés pour les vêtements Hopaal - tels que les vêtements anciens, les chutes de production et les bouteilles revalorisées - ont un prix plus élevé que les vêtements dits classiques.

Collecte des vêtements, tri, recyclage, transformation de la fibre en fil, tricotage ou tissage, découpe et assemblage... La chaîne de production des vêtements fabriqués en matières 100 % recyclées est beaucoup plus complexe que la fabrication de vêtements classiques. Elle comporte en effet plus d'étapes et fait intervenir plus d'acteurs que l'on rémunère de façon équitable. Aujourd'hui, c'est aussi cela que racontent nos étiquettes de prix.  

Pourquoi nous ne faisons pas de soldes ? Car pour Hopaal, chaque achat a un impact.

Face à la Fast-Fashion - la mode rapide et jetable - s'oppose une forte volonté de consommation réfléchie et responsable. Prendre le problème à la source, produire moins mais mieux et appliquer un prix juste 365 jours par an, c'est bien de ce mouvement dont Hopaal fait partie.

 

Nos vêtements sont majoritairement confectionnés en France et partiellement au Portugal à partir de matières recyclées.

3. Notre défi : composer avec la réalité du terrain

Depuis sa création, Hopaal souhaite remettre en question ce qui est considéré comme établi. Aujourd'hui encore, nous demandons « pourquoi des soldes ? » et « pourquoi, dans la mesure du possible, est-il important d'y renoncer ? » En tant que marque française à taille humaine et, comme toute structure désireuse de mener un projet qui a du sens, nous nous interrogeons sur cette habitude à rendre les soldes systématiques, l'amplitude de variations de prix de certaines enseignes capables d'offrir des réductions allant de -20% à -70%, ainsi que sur les marges réalisées par ces géants de l'industrie textile.

Les soldes sont problématiques quand elles sont un canal de ventes, c'est-à-dire le seul argument commercial capable de pousser à la surconsommation.

Depuis sa création en 2016, Hopaal a organisé une seule période de promotions qui a eu lieu durant l'été 2019, lors de notre changement de local. À ce moment très précis de l'histoire de Hopaal, et durant trois jours, nous avons proposé des réductions vertueuses de -20% sur des produits déjà existants et ce, dans un seul but : écouler quelques cartons stockés dans notre local afin de faciliter notre déménagement.

Au sein de l'équipe, cette décision avait donné lieu à un véritable débat. Le constat, à l'époque sans appel, apparaît aujourd'hui encore d'actualité : le schéma idéal que nous avons en tête, les valeurs et les priorités qui nous animent en tant que marque peuvent parfois se confronter à la réalité du terrain. Cette piqûre de rappel d'humilité nous oblige, depuis, à faire preuve d'une créativité constante.

 

En pleine confection de nos T-shirts et sweats à Riorges. 

En France, entre 10 000 et 20 000 tonnes de produits textiles sont détruites par an, "ce qui équivaut au poids d'une à deux tours Eiffel", dit Google. Ou à 3000 éléphants d'Afrique environ, ajoute Hopaal. Face à la Fast-Fashion et pour lutter contre les dérives de l'industrie textile, une régulation est nécessaire. En cela, la loi anti-gaspi en janvier 2022 fait partie d'une solution globale puisqu'elle interdit désormais non seulement l'élimination des invendus mais elle pousse aussi les marques à produire moins et mieux, et favorise le recyclage des produits . Et chez Hopaal, c'est comme cela que nous fonctionnons depuis notre création.

Nos vêtements préservent la planète

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.