Ce site Web a des limites de navigation : il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

La sobriété, en mode climat

Ces temps-ci, tout le monde en parle. Sur les plateaux télé, dans les discours de rentrée, la sobriété est ironiquement partout. Alors comme à chaque fois qu’une thématique socio-écologique devient une tendance ou un élément de langage, il nous faut nous remémorer quelques bases pour pouvoir de nouveau nous positionner. Ainsi, Hopaal tient à définir les deux termes qui siègent en haut de la pyramide de son identité de marque ; à savoir la mode et la sobriété.

La sobriété, qualité immuable d’une garde-robe éthique et engagée.

Après un appel à la “sobriété énergétique volontaire” récemment lancé par le président de la République au premier jour de la rentrée, Hopaal souhaite rappeler quelques fondamentaux intrinsèques à son ADN de marque. Puisque la sobriété volontaire fait écho à notre réalité d’entreprise indépendante mise en place depuis six ans, puisqu’elle est un critère fondamental et constant quelque soient l’actualité, les conditions météo, les saisons ou les collections, nous considérons que nous sommes, avec humilité, en mesure d’en parler.

Quand on fait quelques recherches autour des multiples significations de la sobriété, on tombe assez rapidement sur des notions de simplicité, d’économie, de discrétion, ou encore de sagesse. Autant de mots qui reflètent avec plus ou moins d’exactitude notre démarche, notre approche et notre vision de la mode. En effet, en prônant au premier jour de sa création les bienfaits de la sobriété écologique heureuse autant que les avantages de la sobriété esthétique, Hopaal a voulu anticiper la crise écologique plutôt qu’y réagir.

vestiaire mixte hopaal

Frugalité ou dépouillement conscient, appelons-ça comme on veut. L’heure est - non pas depuis hier, mais depuis des années - à la sobriété désirée, planifiée, organisée et solidaire.

Hopaal tient d’abord à adresser la réalité, prendre appui sur le constat scientifique alarmant, délivrer un discours de vérité, prendre en compte le facteur primordial de solidarité et agir sur le terrain, car en tant que citoyens et en tant qu’entreprise, nous avons un rôle à jouer. Aujourd’hui, à la frontière de notre propre désastre écologique, que pouvons-nous faire, chacun(e) à notre échelle ? C’est d’après cette interrogation que nous avons choisi de revendiquer, dès notre création, une volonté d’engagement et de sobriété. Au-delà d’un désir personnel, Hopaal a avant tout tenu à donner envie au plus grand nombre et vous donner accès à cette transition vers la sobriété, en tenant compte des inégalités sociales.

“La sobriété, c’est renoncer délibérément à un service pour économiser ce service. La sobriété ne peut pas être d’urgence ou imposée. Autrement, ça s’appelle de la pauvreté.” Jean-Marc Jancovici, ingénieur, enseignant, auteur et conférencier français présent sur le plateau de C Politique (émission du 11 septembre 2022).

Éteindre la lumière derrière soi, lire à la bougie, débrancher le micro-ondes chaque soir, manger de la viande une fois par semaine, acheter un nouveau pull à la friperie du coin, se doucher à l’eau froide, pour certains étudiants précaires, la sobriété est une réalité de terrain obligatoire. En effet, les pratiques éco-citoyennes sont pour les foyers les plus modestes une routine imposée. Entre être écolo ou pauvre, le fossé est parfois mince. Alors comment adresser un discours de sobriété intelligible dans sa globalité ? Comment avoir envie de faire preuve de sobriété quand on n’est ni productiviste ni consumériste et que l’abondance est une notion abstraite qui ne nous concerne pas ? 

La sobriété est avant tout une question d’équité. La sobriété volontaire, oui, mais surtout la sobriété équitable.

À travers notre projet DemocraTee, c’est l’exemple que nous nous sommes notamment efforcés de donner ; pour 24€, nous donnons l’opportunité à tous de devenir acteurs du changement. Hopaal est d’ailleurs toujours et plus que jamais à l’écoute de vos remarques, observations et propositions pour des alternatives de mode solidaires, responsables et équitables.

democratee 2022 hopaal

Est-ce que la mode et la sobriété sont compatibles ?

En France, d’après le rapport annuel 2019 du Haut Conseil pour le Climat, les secteurs qui émettent le plus de CO2 sont les transports (26,7%), l’alimentation (23,8%), le logement (19,2%), les biens de consommation (16,2%) et les services (14,1%). Pour changer le monde, pour dévier la courbe quasi inévitable de la catastrophe écologique, il nous faut traverser nos mécanismes en tant que citoyens, il nous faut repenser nos façons de travailler, de nous déplacer, de voyager, de manger, de nous habiller, il nous faut réinventer notre rapport aux objets, donc aux vêtements, pour finalement penser un autre type de civilisation.

En proposant des vêtements durables fabriqués en France à partir de matières recyclées, Hopaal souhaite avant tout apporter une alternative enthousiaste, responsable et résistante à la mode rapide, à la boulimie systématique liée à la mode, mettre fin à la théorie de l'obsolescence programmée des vêtements et proposer une option éco-responsable, sobre et consciente face aux plaisirs superficiels et superflus alimentés à outrance par les géants de l’industrie.

Chez Hopaal, deux secteurs interviennent dans notre quotidien ; les transports et les biens de consommation dont fait partie l’habillement. Et ce sont particulièrement sur ces deux secteurs que nous nous employons à appliquer une exigence de sobriété exemplaire.

Pour que la sobriété énergétique soit possible, deux solutions existent :

  • baisser sa consommation à titre individuel, en tant que citoyen, en tant qu’entreprise, en tant que patron ou club de foot, et participer aux éco-gestes, aussi infimes soient-ils
  • proposer des alternatives viables, réalisables, comportant un réel impact sur notre consommation d’énergie

Dans la mode, moins, c’est mieux.

doudounes recyclées hopaal

Comment conjuguer nos valeurs écologiques avec notre marque de vêtements ? En tant qu’entreprise, Hopaal prend ses responsabilités, consciente qu’à notre niveau, nous avons non seulement le pouvoir de changer les choses mais également les moyens d’inspirer d’autres citoyens à modifier leur comportement, d’inciter d’autres marques à initier des actions écologiques. Nous ne sommes pas en concurrence, mais bien en collaboration. L’effort est collectif ou il n’est rien.

Pour certaines entreprises ou pouvoirs publics, la sobriété a l’audace effrayante d’un saut dans l’inconnu. En revanche, pour Hopaal, la sobriété consciente et travaillée est devenue un fil rouge rigide, irrévocable et persistant qui articule depuis 2016 chacune de nos décisions collectives, qu’elles soient relatives à la conception comme à la production ou à la communication.

Pour une marque indépendante comme Hopaal, la sobriété, ça veut dire quoi ?

  • Nos vêtements Hopaal font preuve d’une sobriété esthétique élaborée : à travers des coupes classiques, nos tee-shirts ont le pouvoir d’être à la fois basiques, discrets et sophistiqués. Ils deviennent, au fil des collections, continuellement intemporels et universels. Nos vêtements ne sont pas victimes des tendances, mais comptent sur votre créativité. C’est notamment le cas de notre vestiaire mixte, libre reflet de notre époque, à votre image puisqu’imaginée en co-création avec notre communauté.
  • Nos vêtements Hopaal font preuve d’une sobriété énergétique quant à leur processus de production : fabriqués en France et au Portugal, toujours à moins de 1000 km de nos bureaux de Biarritz, 100% de nos vêtements sont conçus à partir de matières recyclées et revalorisées ou naturelles, produits à la demande pour éviter le sur-stockage avant d’être livrés dans des emballages de livraison zéro-déchet réutilisables. Nous tirons ainsi l'empreinte carbone liée aux matières premières et aux transports au plus bas.

Face au changement climatique, nous rappelons l’urgence de prendre des mesures radicales. La sobriété désirée, équitable et solidaire de nos garde-robes en est une.

Fin de l’abondance, bilans carbone démesurés, vols polémiques, rationnement du gaz et de l’électricité face au choc climatique, nouvelles organisations face à la théorie de l’effondrement... Ce sont là des débats anxiogènes mais qu’il est nécessaire d’avoir. Pourtant en 2022, est-ce que proclamer un plan de sobriété est suffisant ? N’est-il pas le fruit tardif d’une arrogance d’élite ?

Terrorisée par l’inaction, la jeune génération en a assez. Assez des discours mobilisateurs, assez de l’apologie des petits gestes. Le 5 septembre 2022 pour la rentrée de l’émission, Sasha Cantet, étudiante, militante écologique était invitée sur le plateau de C ce soir afin de débattre autour du sujet “Sobriété : sommes-nous vraiment prêts ?” Face à la Ministre de la Transition Agnès Pannier-Runache, la jeune membre de Dernière Rénovation s’exprimait :

“J’ai l’impression qu’on joue à pile ou face avec mon avenir et celui de beaucoup de personnes. Maintenant, on est au courant que les petites gestes, ça ne vas pas suffire. Faire un petit geste, c’est comme ne rien faire du tout. Cette excuse de petits gestes, pour moi, c’est la traduction d’un manque de courage (de mettre en place un plan ambitieux).”

À l’image de Sasha, le récit collectif de la jeune génération semble unanime : “Ce qui me reste aujourd’hui, ce n’est que la résistance civile.” Un discours passionné, passionnant, inspirant et courageux. D’où l’importance de nos débats, de confronter nos idées, nos vécus, nos capacités et d’échanger quant aux défis que nous rencontrons pour métamorphoser nos comportements, d’où l’importance de tenir une distance critique mais juste face à ces situations catastrophiques et alarmantes. Transformons tous ensemble ce constat écologique en une volonté d’action. En d’autres termes, n’attendons plus que les choses changent, elles ne le feront pas. N’espérons pas non plus que Sasha et la nouvelle génération de militants prennent l’initiative, seuls, de bousculer l’ordre des choses au risque de leur propre vie.

Sortons dans la rue, changeons nos habitudes, déplaçons nos essentiels, mobilisons-nous et agissons ensemble pour un nouveau modèle de société durable, équitable et solidaire. Puisqu’il s’agit là d’un constat scientifique faisant état d’un effondrement quasi imminent, autant y aller franchement.

Nos vêtements préservent la planète

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.