2017 - un an d'avancées

Bingo, l'année est terminée !

On vous propose de découvrir les coulisses de cette année - 5 minutes de lecture.

Voici une année qu’on n’a pas vu passer. Pourtant, en y réfléchissant un peu on a tout de même accompli un paquet de choses avec vous ! Avant de se pencher sur le récapitulatif de cette année on tenait à vous remercier et vous souhaiter plein de beaux projets, de l’engagement, des voyages, des rencontres et un maximum de plaisir. 

L’année 2017 est pour Hopaal sa véritable première année. En 2016 on avait réalisé une campagne de crowdfunding pour présenter nos T-shirts 100% recyclés - là on a prouvé que les vêtements 100% recyclés ont de beaux jours devant eux. 

De Janvier à Décembre 2017 il s’est passé de nombreuses choses. On a sélectionné les moments et nos décisions clés pour vous ouvrir les coulisses de Hopaal. À la fin vous trouverez une sélection de quelques petites anecdotes sur Hopaal.

Photo prise en Nouvelle-Zélande par Luke Fraser - acolyte chez Hopaal

1/ S'organiser 

C’est en Janvier que tout a commencé et qu’on était enfin réunis - à pouvoir travailler côte à côte à la même table depuis Toulouse. En 2016, on faisait tout à distance car Clément était en Inde puis Mathieu en Espagne. Vu qu’on découvrait les joies et les délais des temps de production on avait très peu de produits à montrer sur notre site - notre première petite production n’arrivait qu’en Mars. 

De belles vagues en NZ avec Luke - acolyte chez Hopaal

En Janvier et Février on en a donc profité pour tout mettre à plat, réfléchir à l’année et se répartir les tâches de la manière la plus naturelle possible : qui voulait faire quoi ? Anaïs venait de rejoindre l’aventure pour un stage de 6 mois en communication donc se répartir les tâches à 3, ça va - c’est facile. Très vite, Clément s’occupe de la partie développement produit et relations fournisseurs ; Mathieu gère le site web et le marketing et Anaïs prend en main toute la communication et devient la voix de Hopaal.

La mission des premiers mois est de lancer notre première collection, de se faire connaître et de montrer aux gens qu’on peut faire de chouettes produits qui ne détraquent pas la planète - à condition de s’en donner les moyens.

Cascade de glace dans les Alpes avec Émilien Maulavé - acolyte chez Hopaal

2/ Bien s'entourer

Être à 3 autour d’une table c’est chouette mais l’environnement de travail est primordial aussi. Tout juste sorti des études en Décembre 2016 on bénéficiait en Janvier d’un accès à un incubateur pédagogique. Le lieu était alors partagé par différentes start-ups et géré par des professeurs et professionnels ce qui nous a permis de nous challenger sur de nombreux sujets. 

Chaque lieu de travail ouvre de nouvelles perspectives, amène de nouvelles rencontres et change le regard qu’on porte sur ce qu’on accomplit. 

En Juin on a donc rejoint AT HOME à Toulouse - un espace de travail basé sur la bienveillance où cohabitent plus de 150 personnes. À chaque discussion - de nouvelles idées émergent. En parallèle on a rejoint le SENSECUBE à Paris - un incubateur qui se concentre sur les projets à impacts sociaux et environnementaux.

Alors qu’à Toulouse on cogitait sur la partie digitale de Hopaal, l’acquisition, le site et donc la vitrine de Hopaal - à Paris on se concentrait plus sur la mesure de l’impact, l’implication et la création de notre communauté. Les apprentissages étaient très complémentaires.

En se lançant on teste constamment de nouvelles choses. Bien s’entourer pour éviter les plus grosses bourdes est nécessaire. On a ainsi constitué un « Conseil des Sages » avec différentes personnes qui collent à 200% à nos valeurs. Les métiers et secteurs d’activités sont très variés, chaque membre a quelque chose à partager.

"Que des numéros 10 dans ma team", Booba - chanteur de rap.

Dans ce Conseil on retrouve ainsi Thomas de 1083 ou Vianney de BackMarket et bien d’autres encore. Ce Conseil des Sages nous permet tout simplement d’échanger nos bonnes pratiques et de partager ce qui fonctionne, ce qui ne marche pas, les points où ça bloque et nos pistes de développement. En mettant en commun nos expériences, on est sûr d’aller plus vite et plus loin.

Clément est allé rendre visite à Thomas à Romans pour discuter du Pull du Futur et des fameux jeans français développés par 1083.

Paysage montagnard neo-zélandais photographié par Luke

3/ Construire une chaîne d'approvisionnement locale

Hopaal a vu le jour en France lors d’un été sur la côte basque et s’est concrétisé la première fois en Inde en 2016 lorsque Clément travaillait sur place. Après avoir développé nos premiers prototypes 100% recyclés et après avoir lancé nos premières collections 100% recyclées Made in India il nous a semblé plus logique de rajouter la case « LOCAL » sous la case « RECYCLÉ ». 

Depuis Mars 2017 on s’est ainsi penché sur tous les savoirs-faire disponibles en France dans le recyclé. Suite à des rencontres, des tests et des bonnes surprises on a ainsi lancé en Septembre le « Pull du Futur », un pull 100% recyclé et 100% Made in France. Aujourd’hui nous faisons tout pour ramener l’ensemble de notre production en France. Tous les développements des nouveaux produits sont réalisés le plus localement possible. Le but du jeu est que tout soit Made in France au plus vite - comme ça on peut respecter les 3 points suivants qui constituent notre vision :

1. Confectionner des vêtements recyclés. 

2. Piocher le strict minimum dans les réserves de la planète. 

3. Collecter, recycler et confectionner localement.

Cette construction locale française a un coût qui n’est pas anodin pour une jeune structure comme Hopaal. Ce coût n'est pas perçu comme un effort financier de notre part car c’est tout simplement ce en quoi nous croyons. Pour réussir au mieux notre développement local Hopaal se fait accompagner par diverses structures bancaires telles que la NEF (banque éthique) et diverses structures de conseil comme Réseau Entreprendre et France Active. Ces structures nous apportent un soutien financier, des conseils, des contacts et de la légitimité. Bien que de nombreux acteurs gravitent autour de Hopaal - nous (Clément et Mathieu) sommes les seuls à bord du vaisseau.

4/ Recruter et faire confiance

Le 1er Janvier 2017 on était 2 chez Hopaal : Mathieu et Clément. Très vite Anaïs nous a rejoint pour un stage de 6 mois en communication, puis Marine pour un stage en design et Chloé pour un stage en communication. À chaque fois qu'une personne rejoint l'équipe Hopaal c'est génial car on partage les moments, on a de nouveaux points de vue et on grandit !

Mathieu et Clément en Mars - dans les Landes

En Novembre Malo a été recruté : on a passé un premier gros cap, c'est excitant et responsabilisant à la fois. 2017 nous a appris que créer une équipe n’est pas une mince affaire. Une chose est sûre : si le recrutement est bien fait, que les valeurs sont partagées et que tout le monde apprécie ce qu’il fait : tout devient accessible. 

Clément accueillant Malo en Novembre - à Toulouse

Recruter c'est faire confiance, apprendre à communiquer, à partager et à collaborer = que du bon ! On commence d’ailleurs 2018 avec une bonne nouvelle : Blandine rejoint l'équipe Hopaal pour prendre en main toute la partie design et création des vêtements. On a hâte de vous présenter sa première création !

Malo et Mathieu en train de faire les colis - à Toulouse

Photo prise dans les Alpes par Pierre Guilbaud - Acolyte chez Hopaal

5/ 2018 - L'aventure continue

Vous vous en doutez bien, on ne va pas s’arrêter là. Étant donné qu’on est capable de faire les choses bien, ce serait égoïste de garder ça pour nous. On prévoit donc de nombreuses choses pour cette année et nous connaissant - dans 3 mois on aura prévu encore 1000 nouveaux projets. 

Voici ceux qu'on a en tête aujourd'hui :

> Développer au plus tôt toute notre chaîne d'approvisionnement en France. Au plus loin, nous irons en Espagne et en Italie chercher des fils recyclés aux propriétés particulières.

> Lancer une chemise et une veste workwear 100% recyclées 100% Made in France. 2 autres produits sont sur le feu : surprise !

> Mettre à votre disposition des outils de partage pour créer du lien au sein de la communauté Hopaal. Une partie du blog sera dédiée à des portraits inspirants.

> Rejoindre "1% pour la Planète" et organiser des événements fédérateurs pour impliquer et sensibiliser le maximum de personnes.

> Continuer à agrandir l’équipe avec des gens au moins aussi passionnés que nous. Plus nous serons nombreux plus on pourra gagner du terrain face à l'industrie textile classique.

> Last but not least : changer la donne.


Anecdotes sur l'année 2017 : 

> Jusqu'en Mars l'adresse officielle de Hopaal était chez la mamie de Mathieu car on était toujours à droite à gauche et on n'était pas sûr de là où on allait s'installer. Bien que mamie soit cool on s'est vite rendu compte que ce n'était pas très pratique.

> Avant même de vendre notre premier T-shirt en France sur le site Hopaal.com c'est David, un américain de 34 ans qui nous a acheté nos 3 premiers T-shirts. Il était tombé par hasard sur le site Hopaal où une petite traduction de fortune lui a permis de comprendre et de tomber fan du concept. On lui a envoyé gratuitement.

> Quand il faut emmener plus de 150 colis par jour à La Poste un léger problème de logistique se pose : comment les transporter ? Mathieu a eu la bonne idée de fabriquer une charrette en bois de plus de 2 mètres, très pratique dans les rues de Toulouse. 

Un des challenges de 2018 : s'organiser pour la logistique !

> Si vous êtes en train de lire ces lignes c'est que vous avez sûrement navigué un peu sur notre site - si c'est pas le cas on vous invite à le faire - et vous avez dû voir à quel point c'était agréable. Comme dans l'équipe le développement web n'est pas forcément notre point fort, on a fait appel à Thomas - le petit frère de Mathieu. À même pas 20 ans, Thomas est capable de développer des choses assez incroyables qui nous permettent d'avoir une belle vitrine : chapeau bas + merci ! 


MERCI 
& BONNE ANNÉE !

Vous êtes plus de 200 000 à avoir découvert Hopaal cette année, continuez à faire passer le message autour de vous et à nous envoyer vos photos - merci !