Lisa et Audrey en Nouvelle-Zélande

Chez Hopaal, nous avons une multitude de sources d’inspiration, une est très importante : L’Humain.

Ici on a voulu vous présenter ces personnes qui nous inspirent et partagent nos valeurs et par leurs choix, leurs modes de vie, leurs expériences, nous les admirons.

Voici le portrait d’Audrey et Lisa qui nous ont  envoyé des photos de leur voyage en Nouvelle-Zélande et qui sont naturellement devenues des membres de la HOPE Family.

Diplômées en communication/innovation et en Graphisme/design, ces deux amies de toujours ont des  passions qui rendent leur lien d’autant plus fort : le voyage et la photographie.
Une fois leur diplôme en poche, elles ont décidé de partager une aventure au sens où elles l’entendent !

Leur aventure, en voilà le récit.

Destination nuage blanc

La Nouvelle-Zélande comme terre promise s'est imposée à nous ! Une île rêvée pour capturer de belles images. Ces clichés sont le reflet de plus d'un an de vie dans ce pays qui restera désormais notre maison du bout du monde. Alors, on vous partage un peu toutes ces lumières et décors qui nous ont tant plu. Belle balade à vous !

À ciel  ouvert

“Les soirs de roadtrip, ce sont nos moments ; on aime  se remémorer notre journée. Quand la voiture est enfin en mode nuit, on s'allonge à l'arrière, le coffre grand ouvert, un peu d'air frais et  nos têtes qui dépassent pour regarder les étoiles. Oui, c'est assez calé ! Puis on regarde nos plus belles photos du jour, on compare nos point de vus et on s'endort tranquillement bien que dans l’impatience d’être au lendemain !”

Photo-évasion

“On prévoit de planter la tente du côté où le soleil se lève, pour, à l'ouverture du matin, capturer des lumières incroyables ! Du coup oui, on dort chacune avec nos appareils à côté de nos sacs de couchages, normal ! Puis on décide aussi comme ça, de se faire des rando timing au milieu de la nuit, pour être au sommet des montagnes pile quand le jour se lève ! On prévoit les tartines et la confiture dans les sacs à dos, on est pas folles quand même!

En fait, il y a tellement de relief de partout qu'on peut tout escalader ! Bon après la météo change vite en Nouvelle Zélande, du coup une fois on s'est fait deux volcans dans la même semaine !

On a des bêtes de photos... ça oui, mais les jours d'après on ne pouvait plus bouger, on a fini au spa.”

La Nouvelle-Zélande : un mode de vie sauvage

“En vrai il y a pleins de choses à voir sur les deux  îles ! On aime vivre dehors, du coup pendant la période chaude, on est des Mowglis ! On déjeune devant la plage, on va chercher des moules sur les rochers. On a voulu tester les minis randos pieds-nu, ça agrippe bien. Parce que oui, ici, les chaussures c'est vraiment pas important, tu peux aller au supermarché, ou même dans une banque sans chaussures, personne ne le remarque, pour la simple raison que c’est parfaitement normal !

La Nouvelle Zélande c'est comme si elle nous encourageait à fuir les endroits trop plein de touristes ! On s'embarque sur des gravel roads au milieu d'étendues de champs, de collines, de forêts sans aucune pollution visuelle, avec nos yeux on est là "Waaah comme c'est beau", avec nos têtes on est là ''Mais au fait on vas où ?''. On ne sait pas. De toute façon c’est pas comme si on avait le choix, il n’y a qu'une route... et puis BAM ! On tombe sur des petits paradis de nature, sans personne, c'est magnifique tellement c'est paisible.

Puis on a aussi nos moments hallucination-alerte où l'on va capturer de la pépite visuelle au petit matin, où on laisse tout en plan, la voiture ouverte, c'est-à-dire notre maison entière, la casserole sur le réchaud. On attrape au vol l'appareil photo et on court le long de la plage après  des orques et leurs petits : émerveillées. Quand le calme revient, c'est au tour des requins. De plus loin cette fois, on s’approche avec les pêcheurs du coin qui hallucinent tout autant que nous.

Ce sont ces moments fous qui nous donnent le même plaisir, à chaque cliché, d'un petit souvenir visuel sur lequel on pourra partager des histoires ou anecdotes.

Il y a aussi les pauses obligées genre : " Il me reste une barre de batterie, t'en as combien toi? ". Et là, on part à la recherche de prises dans une île où il y a plus de moutons que d'habitants et moins de Wifi que chez mamie. Les petites librairies paumées au milieu de rien, elles nous ont vu arriver tellement de fois ! On  envahissait les coins lecture enfant avec nos câbles, après quelques heures on repartait avec une jolie comptine en tête.

Chute d’eau

“Notre photo lubie ça nous fait prendre des risques à la noix, ces belles après-midi où l'on découvre l'abondance des cascades en Nouvelle-Zélande. On passe par des endroits improbables pour en voir une ; réglages et reréglages pour capturer cette eau qui ne cesse de s'écouler. Puis vient le moment photo où on se dit ''Mince, on n’a jamais de photo de nous deux'', ''Vas-y on fait un selfie ?!''  Galère… Les deux touristos, pas plus malines du selfie l’une que l’autre : on se retrouve les genoux dans l'eau, les bras à moitié en l'air, les appareils photo qui balancent à quelques centimètres du courant. Une maladresse (plutôt prévisible), un rattrapage in-extremis, un fou-rire, une session séchage et des bleus plus tard… On repart de plus belle.

Choc thermique

L'île du Sud en hiver, c'est pas la même !

C'était plutôt réveil dans des nuages de brouillard et grattage du pare-brise depuis l'intérieur de la voiture. Au petit dej', on a plus la dégaine chaussettes hautes, doudounes, et les mains serrées autour du mug de café. On se réchauffe comme on peut ! Quelques randonnées dans les montagnes enneigées, pas de grandes escapades ; il faut gérer les nuits qui tombent à 17h ! Orga du soir, on se voit à peine, lampe frontale, bouillottes et couette en plume de canard, ça tient méga chaud ! 

Virage et place à la vie en station pour une saison de ski. Juillet, c'était que des soirées thème Christmas, ça change ! Pour les couchers de soleils easy peasy, on prend les télésièges et en quelques minutes on est en haut. On redescend, ça ride sec sous les projecteurs des pistes. Oui, parce que dingo mais notre station organise des night-ski les week-ends!

Pendant nos jours off, on part en escapade hivernale, appareils photos et boots, on cherche la magie blanche dans nos photos.”

TO BE CONTINUED

Vous comprenez maintenant ce qui nous inspire chez elles…

Si vous voulez nous partager vos photos ou vos meilleurs souvenirs de voyages, contactez-nous via hello@hopaal.com et entrez dans la HOPE Family :)

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés