De déchets marins à des maillots de bain recyclés

"Les déchets nous dérangent alors que nous en sommes à l'origine".

Les déchets sont ces objets du quotidien que nous trouvons pas à leur place, que nous souhaiterions mettre dans une poubelle ou tout simplement voir disparaître. Face aux déchets, nous pouvons décider de les accepter et vivre avec ou les transformer pour leur donner une seconde utilité. Une bouteille en plastique en plein océan peut devenir un maillot de bain recyclé, un filet de pêche abandonné au fond de l’océan peut devenir un bikini recyclé.


Nous sommes bien conscients que les enjeux de pollution sont tels qu’il faut bloquer la pollution à la source, réduire notre consommation, se passer du plastique et consommer localement. En revanche, nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la pollution déjà existante, bien installée sous nos yeux. Alors pour y remédier nous nous entourons de partenaires tels que SEAQUAL™ et ECONYL®, nous nous organisons, nous passons à l’action et nous transformons une idée en solution. 

seaqual recycle bouteille hopaal
Pêcheur triant les déchets ~ crédit SEAQUAL™

Eco-conception et économie circulaire.

Dès la conception d’un vêtement nous pouvons anticiper et modéliser son impact environnemental sur les 3 grands moments de sa vie : sa création, son usage, sa fin de vie. L’éco-conception permet - dans le cas d’un maillot de bain recyclé - de choisir les matières les moins impactantes, de tester et de vérifier le besoin des utilisateurs ainsi que la durabilité du maillot en condition d’usage. L’éco-conception prévoit aussi la fin de vie du vêtement qui n’en est plus une lorsque la vie du produit devient circulaire : un déchet se transforme en une ressource.

Aujourd’hui, un même objet ou la même matière peut à la fois être considéré comme un résidu par les uns et comme une matière première pour les autres. Tout dépend du regard que nous portons aux déchets et aux efforts que nous déployons pour les revaloriser. Si une bouteille en plastique est considérée comme un déchet sur nos plages, elle est considérée comme une matière première quand nous la ramassons et décidons de la revaloriser en maillot de bain recyclé. L’économie circulaire est une question d’organisation.

maillots de bain recycles hopaal

Un maillot de bain Homme en bouteilles plastiques recyclées.

Comment faire un maillot de bain recyclé ?
1- les bouteilles en plastique sont ramassées en mer par des pêcheurs.
2- ces bouteilles sont triées, nettoyées et découpées en de petits flocons.
3- les flocons sont transformés en granulés, eux-mêmes fondus en un fil.
4- le fil est tissé pour obtenir un tissu dans lequel le maillot recyclé est réalisé.

Ces étapes - collecte, recyclage et transformation - nécessitent l’intervention de nombreuses personnes, c’est pourquoi nous collaborons avec SEAQUAL™, entreprise espagnole engagée basée à Gérone en Catalogne. Les déchets sont collectés localement : en Méditerranée et sur la côte Atlantique. La démarche est environnementale, sociale et locale. Concrètement, lorsque vous achetez un maillot de bain recyclé Hopaal vous participez à employer des personnes qui ont pour mission de sortir des déchets des océans et de les transformer en maillots de bain, c’est aussi simple que ça.

Hopaal seaqual recyclage plastique
Plastique abandonné dans l'océan ~ crédit SEAQUAL™

Un maillot de bain Femme en filets de pêche recyclés.

Selon le même processus détaillé plus haut, nous sommes capables de recycler des filets de pêche en de tout nouveaux bikinis. Pour cela nous travaillons avec ECONYL®, entreprise italienne - basée à Arco dans le Nord du pays - engagée dans l’économie circulaire.

Ces maillots deux pièces issus du recyclage plastique ont un impact environnemental bien plus faible que des maillots de bains réalisés à partir de matière vierge. ECONYL® réalise avec des cabinets d’audit indépendants des analyses de cycle de vie pour chacun de leur produit. En termes d’impact sur le réchauffement climatique, utiliser du polyamide recyclé à la place de polyamide vierge réduit ainsi de 80% les émissions de CO2.

vague ocean hopaal

Nos déchets, notre histoire.

Dis-moi ce que tu jettes et je te dirai qui tu es. Notre consommation révèle qui nous sommes et nos déchets sont de véritables témoins historiques de nos modes de vie. Les déchets nous dérangent car depuis plusieurs siècles et décennies, nous nous efforçons de les tenir loin de nos yeux et de nos lieux de vie. Si nous déployons tant d’efforts à les faire disparaître, est-ce pour effacer les preuves que nos modes de production et nos modes de vie sont insoutenables ? Cacher les déchets ne fait que déplacer le problème.

Consommer n’est pas un mal en soi. Générer des déchets n’est pas tabou. Tout organisme sain et vivant génère des déchets : les arbres, les bactéries, les animaux et nous humains. Un organisme qui ne génère pas de déchet est un organisme mort. Dès lors, les questions à se poser sont :
+ comment nous assurer que nos déchets ne détraquent pas la nature ?
+ comment recycler ceux que la nature ne peut pas absorber ? 
+ comment revaloriser nos déchets plutôt que de les cacher, les enfouir ou les brûler ?

En recyclant des déchets marins pour la confection de nos maillots de bain, nous détournons la pollution de nos océans. Ainsi pour nous ces déchets ne sont plus de la pollution mais bien de la matière première. Et si la fin d’un objet devenait le début du suivant ?

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés